Francisco Mañalich

TENOR / VIOLISTE

Né en 1984 à Santiago du Chili, Francisco Mañalich a suivi des études de musicologie à l’Université Catholique du Chili. Formé au chant avec le ténor Rodrigo del Pozo, il a obtenu en 2009 le Prix d’interprétation en chant lyrique avec distinction. Il a également étudié la viole de gambe avec Juan Manuel Quintana et Nima Ben David. Parallèlement, il s’est spécialisé dans la basse continue à la viole de gambe avec Frédéric Michel. De 2013 à 2015, il suite le master au CNSMDP auprès de Christophe Coin.

En tant que chanteur, son parcours de formation l’a amené à se spécialiser dans divers répertoires: chant baroque, lied allemand, mélodie française, rôles mozartiens et bel canto italien. Son intérêt pour la musique ancienne l’a conduit à étudier la musique médiévale et de la Renaissance dans le cadre du master professionnel de la Sorbonne (Bourse Master Ile de France) en partenariat avec le CNSMDP, où il a été formé aux improvisations polyphoniques (XIe-XVIe siècles), à la lecture sur les manuscrits et au contrepoint médiéval avec Raphaël Picazos. Il perfectionne désormais le répertoire classique et romantique avec Christine Schweitzer.

Il travaille en tant que chanteur et violiste avec les ensembles La Révérence (Christophe Coin), La Fenice (Jean Tubery), Le Parlement de Musique (Martin Gester), Correspondances (Sébastien Daucé), Stravaganza, Hemiolia (Claire Lamquet), Faenza (Marco Horvat), Hélène Schmitt, Il Festino (Manuel de Grange), Le Sans-Pareil (Bruno Procopio), La Fabrique à Théâtre (Jean-Denis Monory), Clément Janequin (Dominique Visse), Séquentia (Benjamin Bagby) et Dialogos (Katarina Livljanic). Il a enregistré deux disques avec Il Festino : Dove ne vai crudele (cinq diapasons) et Stefano Landi, arie da cantarsi chez Musica Ficta ; un disque dédié aux Sonates du Rosaire de H. Biber avec Hélène Schmitt (Aeolus) et dernièrement, le Concert royal de la Nuit avec l’ensemble Correspondances (Harmonia Mundi).

Depuis 2012, il fait partie de la production du Bourgeois Gentilhomme (Molière, musique de Lully), mise en scène par Denis Podalydès et dirigée par Christophe Coin, dans laquelle il témoigne de sa polyvalence en tant que violiste et chanteur, et s’accompagne également à la guitare. Créé aux Bouffes du Nord (reprise en 2015), le spectacle a été joué dans diverses salles européennes, ainsi qu’à Moscou et au Japon, au cours de trois tournées (plus d’une centaine de représentations). En 2015, Alpha Production enregistre un DVD de la production à l’Opéra Royal de Versailles.

En 2015, Francisco Mañalich fait partie de la production de l’opéra L’Italiana a Londra de D. Cimarosa, dans le cadre de l’atelier lyrique « Génération Baroque » de l’ensemble Le Parlement de Musique, dirigé par Martin Gester. Il interprète Ferrando dans Così fan tutte en 2015-2016 à Lyon et au Manège de Saint Germain à Vienne (dir. Claire Levacher, m.e.s Zoltàn Csekö), puis chantera le rôle d’Idamante dans Idomeneo à la Maison de la musique de Nanterre (dir. Dominique Daigremont, m.e.s. Jeanne Debost).

Il a développé en tant qu’instrumentiste un intérêt pour l’accompagnement du chant dans différents styles (musique ancienne, classique, contemporaine et populaire), intérêt qu’il a pu mettre en pratique dans les récentes productions et concerts, où il chante et s’accompagne à la viole de gambe, à l’arpeggione et à la guitare.

En 2014, il a fondé l’ensemble Comet Musicke, terrain d’expression pour l’artiste chanteur qui s’accompagne lui- même dans les différents répertoires de la musique ancienne.