La Nef des Fous

L’ensemble Galata est né de la rencontre entre deux personnalités issues de deux mondes qui, par des aspects bien plus larges que ceux de la musique, se sont autrefois côtoyés : l’Orient et l’Occident. Là où la recherche d’une certaine authenticité rejoint une démarche naturelle et instinctivement musicale, dans une société où les cultures se rapprochent inéluctablement, Magali Imbert et Adel Shams El Din associent la flûte occidentale et les percussions orientales, renouant ainsi avec une tradition datant du Moyen Age.

Pour ce concert-lecture, ils ont invité Pierre Rigopoulos, percussionniste polyvalent, et Jean-Luc Debattice, comédien, auteur-compositeur, qui va donner , de sa voix richement timbrée et mélodieuse, des extraits du livre le plus célèbre de la fin du Moyen Age : La Nef des Fous.
Merveilleusement illustrés par le jeune Dürer, les 113 poèmes du recueil sont une satyre décapante de tous les représentants de la société. Revêtant lui-même le costume du Fou, Sébastien Brant, l’auteur, dénonce et fustige avec humour, chez tous, hommes, femmes, enfants, pauvres et riches, artistes, géographes, ecclésiastiques, universitaires… les ruses, méchancetés, faiblesses et travers de toutes sortes. Il se présente ainsi :

Je mène la danse des fous
Car tout autour de moi
J’accumule des livres
Que je ne comprends pas
Et jamais je ne lis.

Si le Fou, rebelle, proclame que Dieu n’existe pas, les musiciens, eux, n’existent que dans la louange à Dieu, à l’amour, au mouvement, à la vie. En contrepoint à l’ironie et à la verve de Sébastien Brant, se développent les merveilleuses lignes mélodiques des musiciens du trecento italien, la douceur et l’élégance des mélodies françaises, ainsi que la franche gaieté des Cantigas de Santa Maria.

Le monde est dans le noir,
et va tête baissée
tout droit dans le péché.
Les rues grouillent de fous
Qui battent la campagne,
Mais nul ne reconnaît
Qu’il mérite ce nom.
C’est pourquoi en ce jour
Je cherche à équiper
Toute une armée navale
Pour les embarquer tous:
Galère et chalutier,
Trirème, cotre et yole,
Cargo, chaland, pinasse,
Mahonne et galéasse,
Où j’ajoute carrioles,
Voitures et traîneaux,
Carosse et diligence,
Car une seule nef
Ne suffirait jamais
À les entasser tous,
Tant sont nombreux les fous.